Saura-t-on jamais ce qui pousse un artiste vers son destin ?
Ce pourrait être une histoire banale, celle d’un jeune homme qui refuse le confort d’un avenir tout tracé, s’il n’était devenu l’un des écrivains majeur du XIXème siècle.
1870, étudiant de l’Université d’Edimbourd, Robert Louis Stevenson a 20 ans. Il s’apprête à poursuivre l’œuvre familiale dans les pas de ses grand-père, père et oncle, illustres ingénieurs bâtisseurs de phares.
Quelque part aux confins de l’Ecosse victorienne, en visite sur une île perdue, base arrière de la construction d’un “enfer” conçu par son père, le jeune Louis va décider, contre vents et marées, de vouer sa vie à l’écriture… 
“Merry Men” évoque cette année particulière et devient peu à peu une ballade fantasmée dans la nouvelle qu’il écrira en 1882 : “The Merry men”. 
C’est enfin l’occasion d’essayer de comprendre ce moment de rupture qui va faire de l’élève ingénieur, l’écrivain qui donnera naissance, quelques années plus tard, à ces grands classiques de la littérature que sont “L’île au trésor”, “L’Étrange cas du docteur Jekyll et de M. Hyde”, “Le Maître de Ballantrae”… 

Tabs